jeudi 11 août 2011

Marre de la grisaille de Paris : découvrez l'expo Paris-Delhi-Bombay



Vous êtes bloqués à Paris pour le reste du mois d'août, et vous n'avez qu'une seule envie : vous évader?





Nous avons une idée pour vous : aller voir l'expo Paris-Delhi-Bombay, au centre Pompidou, où vous serez tout de suite mis dans l'ambiance colorée et mystérieuse de l'Inde...


Tara, tête monumentale accueillant les visiteurs, oeuvre de Ravinder
Reddy, mettant en valeur l'importance du statut de la femme 
dans la société indienne.

Après être accueillis par cette magnifique tête de femme, dorée, belle, vous pourrez découvrir tout autour un espace dédié aux grandes problématiques de la société contemporaine indienne : la politique, les femmes, les religions, les castes, l'urbanisme, l'artisanat... Une bonne entrée en matière pour comprendre ce pays atypique, en mêlant l'art à la documentation.

Photographie peinte des artistes Pierre & Gilles, Hanuman
montrant l'admiration des artistes pour la culture populaire indienne, 
comme les affiches de films Bollywood et les icônes religieuses.

Grâce aux différents modes d'expressions d'artistes indiens et français (courts métrages, peinture, sculpture, installations...), nous découvrons de nombreuses facettes de l'Inde, qui nous poussent à nous interroger sur le rapport entre l'Orient et l'Occident, la sexualité, les tabous de la société, la violence, la pauvreté, la religion...


La caverne d'Ali Baba de Subodh Gupta, fait référence
aux contes des milles et une nuit, en utilisant une multitude de vaisselle en 
inox, représentant un bazar indien et les millions d'utilisateurs, 
mais en mettant également en exergue ceux qui ne mangent pas à leur faim.


Kingdom Come, de Thukral & Tagra.
Peintures faisant référence aux temples indiens et à leur sculptures
érotiques, couples mis en scène dans un intérieur bourgeois aux
couleurs pastels. Les artistes souhaitent ici sensibiliser la jeunesse indienne
à l'importance de l'utilisation de contraceptif (les couvertures comportent 
en effet des instructions pour utiliser un préservatif). 

Devi and the Sink, Atul Dodiya


Inde au Noir, de Stephane Calais. 
Le dessinateur représente ici des motifs abstraits et des formes végétales.



Sculpture de Riyas Komu, Beyond Gods.
Cette oeuvre représente une équipe de football,sportifs qui d'après l'artiste, 
apparaissent défavorisés : en Inde, ils restent dans la classe moyenne de la société,
alors qu'en France, leurs origines leur portent préjudice.

Vous trouverez peut-être certaines oeuvres kitchissimes, aux couleurs chaudes, vous ne comprendrez peut-être pas tout, mais vous ne serez surement pas deçus par la richesse de cette exposition. 

Installation de Hema Upadhyay, Think left, Think Right,
Think Low, Think Tight.
Cette oeuvre s'intéresse au plus grand bidonville d'Asie, Dharavi, et reproduit cet endroit
sous forme de couloir à la verticale grâce à des matériaux de récupération.
L'artiste rend alors hommage aux habitants de ce quartier, qui ont créé une 
véritable ville dans la ville, malgré des conditions de vie difficile.

Si vous avez été conquis par ce petit aperçu de l'Inde, rendez-vous vite sur le site du Centre Pompidou Paris, pour organiser votre prochaine visite... 
PARIS-DELHI-BOMBAY
du 25 mai au 19 septembre 2011
www.centrepompidou.fr

Et si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous contacter...